Actualités

Message de Mgr Jean-Luc Brunin aux catholiques du diocèse du Havre

vendredi 22 juin 2018Expression de l'évêque

La Commission Européenne réunit, le dimanche 24 juin à Bruxelles, les dirigeants de plusieurs pays de l’Union pour une  réunion de travail sur l’asile et les migrations. Elle prépare ainsi un sommet des 28 sur ce thème qui divise les gouvernants et les citoyens européens.

Les phénomènes migratoires révèlent davantage les dysfonctionnements de nos sociétés qu’ils ne sont à l’origine des déséquilibres, des injustices et des pauvretés qui perdurent et s’aggravent, chez nous, en Europe et partout dans le monde. Ces situations complexes sont souvent à l’origine de peurs et d’attitudes de fermeture. Comme citoyens, nous sommes sollicités dans notre générosité, notre sens de l’humain, notre capacité d’ouverture d’esprit et de cœur, nos efforts pour comprendre les phénomènes migratoires par-delà idéologie et passion irraisonnée. Pour nous, disciples du Christ, nous sommes réinterrogés sur notre sens de la fraternité universelle à laquelle l’Evangile nous appelle.  Mais les solutions aux problèmes migratoires doivent aussi être politiques afin de garantir le bien commun pour l’ensemble de l’humanité.

Comme citoyens, nous sommes sollicités dans notre générosité, notre sens de l’humain, notre capacité d’ouverture d’esprit et de cœur, nos efforts pour comprendre les phénomènes migratoires par-delà idéologie et passion irraisonnée

J’invite ainsi les chrétiens du diocèse du Havre à porter dans leur prière, ces réunions politiques afin que leurs participants cherchent honnêtement des voies d’avenir pour un accueil digne et responsable des réfugiés, mais aussi, comme le pape François le rappelait récemment, pour construire « une politique long-termiste qui s’attaque aux racines de la crise et se concentre sur l’éducation et l’investissement.». Investir dans les pays d’origine des réfugiés, de manière ordonnée, pas pour exploiter, mais pour créer de l’emploi et aider au développement.

Les migrations, trop souvent perçues par nos concitoyens comme une menace, peuvent devenir l’occasion de renforcer la solidarité entre les 28 pays membres et de relancer le processus de construction européenne

Une politique migratoire qui se contenterait de contenir l’arrivée des réfugiés sur le continent européen, ne serait pas à la hauteur des enjeux du moment. La responsabilité des gouvernants européens doit aller jusqu’à promouvoir des relations internationales basées sur le souci du développement solidaire et équitable, refusant tout appui à des régimes corrompus et réévaluant le bien-fondé des ventes d’armes dans certains pays. Les peuples européens sont en droit d’attendre de leurs gouvernants, une politique généreuse de co-développement qui garantisse la paix et l’harmonie dans un monde perturbé et violent. Une politique européenne doit aller au-delà du seul aspect réglementaire et du seul établissement de normes contraignantes, pour mobiliser les citoyens dans des projets ambitieux qui éloignent toute tentation de fermeture et de repli, toute dérive populiste. Les migrations, trop souvent perçues par nos concitoyens comme une menace, peuvent devenir l’occasion de renforcer la solidarité entre les 28 pays membres et de relancer le processus de construction européenne qui, seule, peut garantir le développement des peuples, la paix et la sécurité. Dans l’urgence du moment, que notre prière à cette intention monte vers Dieu que Jésus nous apprend à invoquer comme Père de tous les hommes.

Le 21 juin 2018.                                                                                                            

+ Jean-Luc BRUNIN

Évêque du Havre

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0