Actualités

Présentation du livre de Mgr Brunin

lundi 30 octobre 2017Zoom sur

Le jeudi 26 octobre 2017 est sorti le nouveau livre de Monseigneur Jean-Luc Brunin, évêque du Havre : « Le monde est notre maison commune. Réponse d’un évêque au déclinisme ambiant ».

Nous sommes heureux de vous inviter à la présentation de ce nouveau livre qui aura lieu le 16 novembre à 20h30 à la Maison diocésaine (22, rue Séry – Le Havre).

 

Le livre

« En quelques années, la société française a été profondément bousculée par deux événements majeurs : la vague d’attentats terroristes commis par des personnes invoquant l’islam et l’afflux vers l’Europe de réfugiés fuyant les conflits guerriers ou la pauvreté. Par ailleurs, l’accentuation des inégalités et de la précarité sociale vont de pair avec la montée de pouvoirs autoritaires et de partis ouvertement xénophobes. La mondialisation des échanges et des cultures, l’aspiration des femmes à l’égalité et les transformations des familles modifient les façons de vivre. La menace climatique interroge radicalement les choix de société. Que signifie être chrétien dans ce contexte ? La nécessité de la sécurité et l’exigence de fraternité sont-elles compatibles ? L’hospitalité à l’égard de l’étranger est-elle facultative ? L’Église doit-elle considérer qu’il existe un seul modèle de famille ou doit-elle accueillir leur diversité ? L’attachement à la nation peut-il être compatible avec le fait que la Terre est notre maison commune ? Le métissage des cultures est-il un signe des temps ? Les chrétiens doivent-ils s’engager dans un parti politique spécifique ? Développer la démocratie relève-t-il de leur mission ?
En s’appuyant sur les enseignements de l’Église catholique, notamment ceux du pape François, Mgr Jean-Luc Brunin propose des repères pour vivre sa foi au cœur d’une société questionnée sur sa finalité. Ce livre est une invitation à se mettre en chemin pour rejoindre l’immense chantier d’un monde à rendre habitable par tous ». (FNAC)

 

Extraits du livre
  • La foi chrétienne ne rend pas étranger à la responsabilité de citoyen appelé à édifier une société juste, pacifique et humaine. La spécificité de la foi n’est ni dans la séparation, ni dans la prise de distance avec les préoccupations liées à la prise en charge de notre environnement (P. 9).
  • Puisque les chrétiens vivent dans une société plurielle, leur formation au dialogue interculturel et interreligieux est devenue nécessaire. Dans notre rencontre avec les musulmans, il faut être capable d’identifier la diversité des partenaires du dialogue -P. 27).
  • La mondialisation n’est donc pas un choix politique mais une réalité avec laquelle il nous faut vivre et organiser la vie sociale. Ce qui relève de nos choix politiques et citoyens, c’est la forme que nous donnons à l’interdépendance dans laquelle groupes sociaux, peuples et nations sont inévitablement insérés (P. 65).
  • Un malentendu était source de tensions au sein de la communauté catholique, à propos de la conception de l’écologie. Le concept d’écologie humaine, que les papes avaient successivement élargi et enrichi, a été repris par certains groupes défenseurs de la vie, dans une acception trop limitée et une approche exclusive (P. 108).
  • Les élections de 2017 ont été l’occasion d’interpeller fortement les évêques de France afin qu’ils s’expriment sur le vote du second tour des présidentielles. Leur refus de prendre position en faveur ou contre un parti n’a pas été bien compris (P. 155).
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0