Actualités

Voter, c’est discerner

lundi 3 avril 2017Expression de l'évêque

Nous vivons dans un pays démocratique. Le droit de vote est un des moyens pour les citoyens de mettre en œuvre le processus démocratique. Les chrétiens ne peuvent s’y soustraire, comme le rappelle le Catéchisme de l’Eglise catholique : « La soumission à l’autorité et la coresponsabilité du bien commun exigent moralement le paiement des impôts, l’exercice du droit de vote, la défense du pays » (N° 2240). Voter est donc un acte qui, pour le chrétien comme pour tout citoyen, réclame un nécessaire discernement. Voter, c’est choisir. Voter blanc peut être un aveu d’absence de discernement ou d’une attitude puriste et intransigeante. Comme la politique est toujours un « art du compromis », un chrétien ne peut s’abstenir de voter.

Voter est donc un acte qui, pour le chrétien comme pour tout citoyen, réclame un nécessaire discernement. Voter, c’est choisir.

Cette responsabilité citoyenne nécessite de s’informer sur les programmes et ne pas se satisfaire d’idées toutes faites ou par trop partisanes. L’adhésion à un parti politique ne peut dispenser d’un discernement sérieux qui, pour un chrétien, trouve ses éléments de référence dans une éthique personnelle informée par l’Evangile et dans la Doctrine sociale de l’Eglise.

  • Distinguer engagement citoyen et engagement de l’Eglise
  • Une pluralité légitime parmi les citoyens chrétiens
  • Les éléments de référence pour un discernement
  • Un choix qui privilégie les projets inclusifs

Les mois qui viennent seront déterminants pour notre société. Il nous faut choisir les hommes et les femmes qui nous paraissent les plus à même d’assurer un avenir harmonieux pour tous ceux et celles qui habitent notre pays, sans oublier la solidarité avec les autres nations et particulièrement au sein de l’Union européenne. Même si le fonctionnement des institutions est perfectible, elle a fait la preuve que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, elle était une garantie pour la paix et le développement sans lesquels il ne peut exister de cohésion sociale.

+ Jean-Luc BRUNIN – Évêque du Havre

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0